Critique (sans spoilers) – Under the dome

J’aime beaucoup trop payer pour écouter mes séries TV, c’est ce qui m’a tenu loin de « Under The Dome » pour un petit bout. Sans le savoir, Amazon m’envoyait des messages subliminaux : « Stay the fuck away from « Under the Dome » ». J’aurais probablement du les écouter mais, récemment, ils ont testé mon jugement, m’ont mis devant une situation de tentation et résultat : j’ai acheté les deux premières saisons d’Under The Dome. Je me sens comme le gars qui n’a pas reviré de bord l’ami louche dans une party qui veut que t’essaie le mush. Pas que je ressentait une quelconque pression de mes pairs, mais, le buzz semblait intéressant, beaucoup de gens en consomme, même si, la plupart des gens que je côtoie me disent que, c’est la pire marde sur Terre. Bref, je me suis laissé influencer et, j’ai essayé ce « mush » qu’est « Under the Dome ».

Une prémisse vraiment intéressante
Généralement, les séries TV dont le synopsis est une mise en situation vraiment farfelue sont fort divertissante. On n’a qu’à penser à :

  • Breaking Bad (Un enseignant de chimie du secondaire apprend qu’il a le cancer et décide de produire du Crystal Meth avec un de ses anciens étudiants),
  • Lost (14 personnes possiblement connectés se « crashent » sur une île mystérieuse et font face à des situations science-fictionnelle), ou bien
  • Banshee (un ex prisonnier tue le nouveau shérif d’une petite ville et s’empare de son poste et de son identité).

Under The Dome tombe sous la même catégorie : Une petite ville aux États-Unis se retrouve, au beau milieu d’un après-midi entouré d’un dôme géant recouvrant à la fois les airs, mais le sous-terrain aussi. Les communications ne passent pas, le dôme semble aussi avec certaines particularités sci-fi.

Juste avec le titre et le poster, n’importe qui serait, pour le moins intéressé, de plus que la série TV est en fait une adaptation d’une nouvelle littéraire de Stephen King (que je n’ai pas encore lue).

explodingplane

Un mystère constant, mais intéressant?
J’ai écouté la saison 1 en quelques jours et, j’essaie de comprendre ce qui ne marche pas avec la série. Je sais que beaucoup de trucs ne marchent pas, mais j’essaie de comprendre pourquoi.  Ce que l’ont comprend, c’est qu’Under The Dome est un peu Lost dans le sens qu’il y a un gros mystère, qu’on devra suivre du début à la fin, seulement, Lost le fait 1000x mieux.

Dans Lost, on sais que l’île est « quelque chose » mais, en attendant d’avoir des réponses, on a des bonnes histoires, des interactions entre personnages, du backstory, des intrigues, des connections, des questionnements . Dans « Under the Dome », toute la partie « non-mystère », toute la partie dans la ville, les interactions entre personnages, au lieu de les vivre et des les apprécier, on les subis. Rien ne nous fait « rooter » pour un personnage ou un autre. La plupart d’entre-eux sont stupide et insignifiant. 75% de la série est donc totalement « off », ce n’est que du remplissage weird et des hasard « convénient » (exemple : Oh fuck, on manque d’eau! Mais 4 minutes plus tard, il pleut donc on est correct).

Je dois avouer que j’apprécie tout de même quand le mystère avance et que certaines réponses sur le dôme sont apportées. C’est le meilleur moment de chaque épisode. Oui, des fois ça sort totalement de nulle-part mais c’est tout de même ce qui nous garde « accroché ». Un autre des aspects que j’apprécie est quand certains enjeux de survie sont adressés. Oui, la plupart du temps, le résultat, ou du moins, la démarche pour se rendre au résultat sont très mauvais (exemple : On veut « X » , on va aller attaquer Mr. Chose avec une mini-armée de citoyen assemblé en 15 minutes et ensuite voir ce qui se passe). L’aspect « retour aux lois de la jungle) en terme de survie est nice mais devient lourd à la longue.

ville

Plus cheesy que le Kraft Dinner
Étant donné la « gratuité » du dôme dans la ville (et la déconnection par rapport aux personnages), on achète beaucoup moins l’aspect mythique que l’île de Lost avait. Tsé, que John Locke, précédemment handicapé des deux jambes soit soigné une fois rendu sur l’île légitimise de beaucoup sa quête de trouver la vérité, le mystère et surtout de « croire en l’île ». Dans Under The Dome, les jeunes (c’est surtout eux qui font avancer l’histoire) sont tellement investi pour trouver les réponses (pendant que les grandes personnes se battent pour des cans de soupe et de l’eau) qu’à certains moment, on dirait qu’ils s’inventent des raisons de faire des actions et, la plupart du temps, ces suppositions totalement gratuites sont les bonnes. Je tient à préciser qu’en tant que spectateur, on accepte que les dôme est mythique, c’est juste qu’on ne comprend pas pourquoi les jeunes, à la base extrapole autant et continuent leurs quête. Certains événements vont pousser à ce que ces jeunes s’intéressent à la mythologie du dôme mais, chaque élément faisant avancer réellement l’histoire de ce dôme est généralement amorcé pas une idée d’un des jeunes qui sort de nulle-part, comme si inconsciemment on les guidait/leur mettait les idées dans la tête.

D’ailleurs, je n’ai pas compté le nombre de fois qu’un personnage accusait le dôme pour tout et pour rien mais, à chaque fois, c’est tellement gratuit et extrapolé (du genre : « Ah, c’est le dôme qui nous envoie ce message », alors que 1000 autres explications tangibles/logiques pourraient être employées) qu’à chaque fois, un « eye-roll » s’en suit.

Je me demande même si la série n’est peut-être pas une certaine critique de la religion et de la spiritualité. Les personnages assissent à beaucoup de hasard, sans réelles connections, dressent des conclusions hâtive, et se mettent à croire à celles-ci. Ça n’a tellement pas été long pour que le dôme soit considéré comme une divinité que je me demande réellement si le christianisme ne s’est pas constitué de manière similaire. Mais anyway, on s’éloigne du sujet un peu.

famille

Une ville remplis de tas de marde
C’est rare en criss qu’en écoutant une série, on déteste quasiment tous les personnages. Quand on déteste les personnages principaux d’une série, c’est assez rough. Imaginez écouter The Walking Dead, mais, haïr Rick, Carl, Michonne, Daryl, mais aussi les méchants comme Shane, The Governor, etc. Au début, on semble rooter pour Big Jim Rennie(Dean Norris), il travaille pour « aider » les citoyens de sa ville, en essayant de récupérer bouffe, eau, armes, etc.., Mais, avec le temps, il se met à être une marde assoiffé de pouvoir, tout en restant un des personnages « principaux ». Tsé quand, le protagoniste de la série devient un peu un antagoniste. Son fils, « Junior » est tout autant une marde. Un jour il est normal, l’autre, il est un psycho. C’est le personnage le plus girouette de toute la série, il te fait chier, peu importe la situation dans laquelle il est. S’il devient trop nice, 10 minutes après, il changera de camp, parce que lui, penser, c’est une étape de trop quand vient le temps de faire des choix.

discussion

Chaque citoyen est un peu l’idiot du village. Ils suivent aveuglément, font des « oh », des « ah », des « I’m in! Big Jim » quand l’histoire veut qu’ils le fassent. Il y a quelque chose de gossant lorsqu’on connaît « la vérité » sur une situation dans une série, et qu’on voit presque tous les personnages aller à l’encontre de celle-ci, tout ça, sans second-guesser ce que l’autorité leur dit. Rapidement, la ville retombe quasiement à un stade de far-west dans lequel, tout le monde se tire pour aucune raison, d’ailleurs, Under the Dome, dans une ville canadienne serait plate en tabarnak.

Tu te mets à rooter pour  les 2-3 seuls qui restent, c’est à dire les jeunes qui gossent aussi parce qu’ils accusent le dôme pour chaque mini-événement dans la ville. Mais tsé au moins, leur quête, tu la comprends et tu la suis. Parce que côté arc narratif, à part Big Jim, Junior et Barbie, pas grand monde évoluent dans cette espèce de nouvelle réalité.  Barbie est d’ailleurs un des seuls autres personnages qui ne gosse pas, il est le seul à faire des actions pour le bien, oui de lui, mais des autres aussi. Il n’a pas d’objectif caché à devenir populaire ou d’avoir du pouvoir.  D’ailleurs, la bout qui résume le mieux ça, c’est lorsqu’on lui offre d’être policier et qu’il accepte, mais dit qu’il n’a pas besoin d’uniforme ou de titre, qu’il peut aider sans shiner.

Donc, Under the Dome est mauvais mais, étonnement divertissant, ça gagnera rien, ça changera pas l’histoire de la télévision américaine, mais, ça s’écoute. Oui, sans les kids qui cherchent des réponses, la série ne serait que l’histoire d’une ville d’imbécile qui se chicane tout le temps et ça, c’est pas tant intéressant.

 

BONS POINTS

  • Mystère du dôme
  • Prémisse vraiment cool
  • Visuellement nice(effets spéciaux/shots de caméra)
  • Divertissant, même si mauvais(dans le sens que c’est jamais plate)
  • Vie de survie

MAUVAIS POINTS

  • Dialogues vraiment mauvais
  • Personnages gossants(et stupide généralement)
    • Mention spéciale à Big Jim et son fils Junior
  • Blâmer le dôme pour tout, tout le temps
  • L’histoire avance toujours quand un jeune trouve une « idée » qui généralement découle d’une supposition gratuite ou d’un hasard total
  • Exagération (beaucoup deviennent des psycho très rapidement) et aussi, exagération dans les événement(voir épisode 102 « The Fire », la scène ou le feu prend)
  • Beaucoup de confrontations entre personnages se régleraient par de simples conversations de 2 minutes, mais, personne ne prend le temps d’expliquer

Ma note : 5,5/10

-William

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s